RedTalks #1 Saison 3: The Single-Cell Pathology Landscape of Diffuse Large B Cell Lymphoma

Date : 

Jeudi 3 novembre 2022 – 18h (CET), en anglais et disponible en replay après l’événement

Speaker : 

  • Pr. Olivier Elemento, Directeur de l’Englander Institute for Precision Medicine & Directeur de l’Institute for Computational Biomedicine au Weill Cornell Medical College

Publications :

 Modérateurs :

  • Pr. Pierre Brousset, Chef du département d’anatomie pathologique (IUCT Oncopole, Toulouse)
  • Pr. Mickaël Roussel, praticien hospitalier au laboratoire d’hématologie du CHU de Rennes

👉 S’inscrire aux RedTalks S3#1

Nous sommes ravis d’accueillir le Pr. Olivier Elemento, Directeur de l’Englander Institute for Precision Medicine et Directeur de l’Institute for Computational Biomedicine au Weill Cornell Medical College.

Le laboratoire du professeur Elemento combine l’analyse des Big Data avec l’expérimentation pour développer des moyens entièrement nouveaux pour aider à prévenir, diagnostiquer, comprendre, traiter et finalement guérir le cancer. Leurs recherches impliquent l’utilisation systématique du séquençage ultrarapide de l’ADN, de la protéomique, du calcul haute performance, de la modélisation mathématique et de l’intelligence artificielle/l’apprentissage automatique.

L’accent est mis sur les cancers du sang (lymphomes et leucémies). Le Pr. Elemento utilise ChIP-seq, RNA-seq, la modélisation computationnelle pour étudier comment les gènes sont régulés dans les cellules cancéreuses et comment la régulation des gènes dans les cellules cancéreuses diffère de celle des cellules normales. Le cancer est une maladie fondamentalement évolutive. En utilisant le séquençage à haut débit, ils étudient comment le génome (et l’épigénome) de la tumeur évolue dans le temps et en particulier lors du traitement médicamenteux.

Le lymphome diffus à grandes cellules B est une maladie hétérogène avec des modèles établis de caractéristiques moléculaires et génétiques récurrentes. Cependant, nous avons une compréhension limitée de la composition cellulaire des tumeurs DLBCL et de la biologie sous-jacente du microenvironnement tumoral (TME). Pour combler ce manque de connaissances, le Pr. Elemento décrira comment ils ont utilisé la cytométrie de masse par imagerie pour quantifier simultanément 57 marqueurs protéiques dans des coupes sériées de tissus tumoraux, fournissant des cartes tissulaires à résolution unicellulaire dans 545 carottes tumorales provenant de 328 tumeurs DLBCL primaires. Le regroupement unicellulaire et son analyse ont permis d’identifier 27 types de cellules distinctes et 19 sous-populationscellulaires avec 5 sous-types tumoraux. Les 5 sous-types de TME sont associés à des schémas distincts de réponse à la chimiothérapie. Leur analyse identifie également des associations entre les mutations somatiques récurrentes et l’abondance des populations de cellules immunitaires et tumorales, fournissant ainsi de nouvelles informations sur la fonction de ces mutations. Dans l’ensemble, il s’agit de la première évaluation complète du paysage moléculaire et cellulaire du DLBCL par imagerie hautement multiplexée. L’identification des compositions de la TME chez les patients améliorera la stratification des patients et pourrait fournir un contexte utile pour le milieu des thérapies d’engagement immunitaire actuellement en cours d’évaluation pour le traitement du DLBCL.

Enfin, nous avons également le plaisir d’accueillir de grands modérateurs : le Pr. Pierre Brousset, Chef du département d’anatomie pathologique (IUCT Oncopole, Toulouse) et le Pr. Mikaël Roussel, Praticien hospitalier au laboratoire d’hématologie du CHU de Rennes.

 

Précédent

Suivant