RedTalks #2 Saison 3: Cibler la cellule progénitrice commune pour guérir le lymphome folliculaire

Date : 

Jeudi, 1er décembre 2022 – 18h00 (CET), en anglais et disponible en replay après l’événement 

Speaker : 

  • Pr. Jude Fitzgibbon
    Vice-président en charge de la découverte de l’hématologie chez AstraZeneca

Publications :

 Modérateurs :

  • Dr. Sandrine Roulland
    Chef d’équipe de l’Instabilité Génomique et Hémopathies Humaines au CIML (Marseille)
  • Pr. Oliver Weigert
    Médecin traitant en hématologie et oncologie médicale à l’hôpital LMU de Munich et professeur de recherche translationnelle sur les lymphomes au Laboratoire de recherche expérimentale sur les leucémies et lymphomes (ELLF)

👉 S’inscrire aux RedTalks S3#2

 

Nous sommes ravis d’accueillir le Pr. Jude Fitzgibbon, Vice-président chargé des découvertes en hématologie chez AstraZeneca.

Les travaux du professeur Fitzgibbon se concentrent sur le lymphome folliculaire. Avec son équipe, ils ont été les premiers à découvrir que les cellules cancéreuses des patients atteints de lymphome folliculaire présentent fréquemment des défauts génétiques qui modifient l’activité d’autres gènes, les activant ou les désactivant. Une telle modification de l’activité des gènes est dite “épigénétique”.

Bien que la maladie soit considérée comme incurable, les tumeurs sont chimiosensibles, et de nombreux patients connaissent plusieurs épisodes de rechute avant que la maladie ne devienne réfractaire au traitement. Une politique historique de biopsies répétées a permis au groupe de retracer les changements génétiques dans ces tumeurs au fil du temps, découvrant un schéma très complexe d’évolution tumorale et de mutations génétiques exploitables.

Le professeur Fitzgibbon et son équipe collectent des échantillons de patients pour caractériser les mutations génétiques cancérigènes et utilisent ces informations pour guider les études en laboratoire dans lesquelles les chercheurs testent des médicaments ciblant ces systèmes épigénétiques défectueux. À terme, le professeur Fitzgibbon espère glaner suffisamment d’informations pour pouvoir concevoir des essais cliniques dans lesquels les patients atteints de lymphome folliculaire recevront des médicaments adaptés à leurs défauts génétiques spécifiques, rendant ainsi le traitement plus doux et plus efficace.

Le Pr. Fitzgibbon reflète son programme de recherche au Barts Cancer Institute (BCI), au Royaume-Uni.

Enfin, nous avons également le plaisir d’accueillir de grands modérateurs : Sandrine Roulland, responsable de l’équipe Instabilité génomique et hémopathies humaines au CMIL à Marseille, et le Pr. Oliver Weigert, médecin traitant à l’hôpital LMU de Munich en hématologie et oncologie médicale, et professeur de recherche translationnelle sur le lymphome au Laboratoire de recherche expérimentale sur la leucémie et le lymphome (ELLF).

Précédent

Suivant