Étude POLARIX : des résultats concrets dans la recherche contre le lymphome

Le lymphome diffus à grandes cellules B est la forme la plus courante du lymphome non hodgkinien. 5.000 cas sont diagnostiqués en France chaque année.

Le traitement des lymphomes diffus à grandes cellules B n’a pas beaucoup changé depuis vingt ans et repose sur l’association R-CHOP (R-CHOP=Rituximab, Cyclophosphosphamide, Hydroxydoxorubicine, Vincristine et Prednisone). De nombreux essais ont été conduits pendant ces années, essayant d’introduire de nouveaux médicaments ou de nouvelles stratégies mais aucun n’avait permis de changer significativement l’évolution des malades.

 

L’étude POLARIX, menée par les laboratoires Roche, en collaboration avec le LYSA, s’intéressait aux patients qui avaient un LBGC et n’avaient pas reçu encore de traitement. Le but était d’améliorer ce traitement de première ligne en remplaçant la Vincristine du R-CHOP par un anticorps monoclonal couplé le Polatuzumab vedotin (Pola-R-CHP). Cet anticorps se fixe sur les cellules de lymphome B et y apporte une molécule de chimiothérapie qui va détruire spécifiquement la cellule cancéreuse. Il a été observé significativement moins de rechutes et de progressions de la maladie chez les malades traités par l’association Pola-R-CHP par rapport à ceux traités par R-CHOP.

Le LYSA-LYSARC est fier d’avoir contribué à l’étude POLARIX qui a récemment mené à l’autorisation européenne de mise sur le marché de cette combinaison Pola-R-CHP en première ligne des lymphomes diffus à grandes cellules B. Nous pouvons espérer que ce traitement sera bientôt disponible pour les malades français.

Suivant