L’intérêt des biomarqueurs imagerie dans le pronostique des lymphomes B diffus à grandes cellules

Une publication LYSA d'Anne-Ségolène Cottereau dans le Journal Annals of Oncology

Le TEP scanner joue un rôle essentiel dans la prise en charge des lymphomes agressifs dans le bilan initial de la maladie et dans l’évaluation de la réponse au traitement. De nouveaux paramètres extraits de l’analyse des images TEP initiales vont pouvoir affiner le pronostic et déterminer les patients les plus à risque.

Parmi ces nouveaux biomarqueurs la masse tumorale totale ayant une activité métabolique (le TMTV) est un facteur pronostique maintenant bien connu et très étudié au sein du LYSA.

Notre groupe a récemment identifié un nouveau facteur pronostique exprimant la dissémination des lésions du lymphome en mesurant la plus grande distance existante entre ces lésions (le SDmax).

Dans une étude du LYSA portant sur 290 patients ayant tous bien répondu au R-CHOP la survie sans progression des patients ayant une dissémination faible ( SDmax bas) était de 77% avec une survie totale à 4 ans de 87%. Ces chiffres sont à comparer aux 46% et 71% des patients dont la dissémination était importante.

Le SDmax apparait complémentaire du TMTV et ces deux biomarqueurs associés pourraient mieux déterminer les patients à risque et en particulier le risque de rechute neuroméningée. Plus performants sur le plan pronostique dans cette étude que l’IPI ou le NCCN-IPI ils devraient s’ajouter aux modèles pronostiques existants.

Publication

Lysa 2020_LYSA_Risk stratification in diffuse large B cell lymphoma using lesion dissemination and metabolic tumor burden calculated from baseline PET/CT
A S Cottereau, M Meignan, C Nioche, N Capobianco, J Clerc, L Chartier, L Vercellino, O Casasnovas, C Thieblemont, I Buvat
Ann Oncol . 2020 Dec 2;S0923-7534(20)43174-6. doi: 10.1016/j.annonc.2020.11.019. En savoir plus

Précédent

Suivant